Menu Site Recherche et Publications
bio_henri_giraud

Saint-Cyrien, Henri Honoré Giraud, officier de zouaves en 1914, blessé et fait prisonnier, parvient à s‘évader et s’illustre lors des combats de Malmaison en 1917. Il participe à la guerre du Rif puis donne des cours à l’Ecole de guerre en 1927. Nommé général en 1930, il est gouverneur de Metz en 1936 puis en tant que commandant de la 3e armée, il est le supérieur hiérarchique du colonel de Gaulle, alors en poste en Lorraine. En 1939, il commande la 7e armée puis la 9e après la percée allemande sur la Meuse le 15 mai 1940.

Fait prisonnier à Wassigny le 18 mai, il reste enfermé à la forteresse de Koenigstein jusqu’à son évasion spectaculaire en avril 1942. Il regagne clandestinement la France Libre et envoie une lettre d’allégeance au Maréchal Pétain. Il refuse les propositions des émissaires du général de Gaulle mais accepte celle des Américains : il croit qu’il sera commandant en chef du débarquement en Afrique du Nord. Déçu, il accepte par la suite d’être subordonné à l’Amiral Darlan et conduit les forces françaises décidées à combattre auprès des Alliés vers la Tunisie. Après l’assassinat de Darlan, il est choisi par les Américains pour le remplacer, en tant que « commandant en chef civil et militaire ».

Le général Giraud maintient la législation de Vichy en Afrique du Nord.Entourés de collaborateurs, il refuse de négocier avec de Gaulle. Plusieurs mois après l’échec de la rencontre d’Anfa en janvier 1943, le Comité français de Libération Nationale (CFLN) voit le jour le 3 juin 1943, coprésidé par le général de Gaulle et Giraud. Nommé commandant en chef des forces françaises d’Afrique du Nord et d’AOF, le général Giraud est cantonné à un rôle de chef militaire. Ses maladresses politiques accélèrent sa mise à l’écart de la présidence du CFLN (2 octobre 1943). Il est également démis de ses fonctions de commandant en chef le 4 avril 1944 en raison de ses désaccords stratégiques avec de Gaulle. Retiré depuis lors à Mazagran, il devient vice-président du Conseil supérieur de la guerre en 1949 et meurt en 1949.